Soyez prêt à aborder les monteurs en réméré dans les meilleures conditions.

Il ne s’agit pas uniquement d’être éligible au réméré pour obtenir un réméré. Un dossier bien préparé, c’est un atout maître en mains ! Cela permet le bon fonctionnement d'un réméré. Pourquoi ? Parce que si vous pensez réméré, si vous vous retrouvez sur cet article, c’est que vous êtes déjà en situation financière (très) inconfortable. Ne culpabilisez pas, la plupart des rémérés sont liés à des moments de vie que l’on ne maîtrise pas : divorce difficile, perte d’emploi suite à un licenciement économique ou encore une maladie.

Plus vite sera mis en place le réméré, plus rapidement vous disposerez de l’argent qui vous manque. Or ce n’est pas seulement l’état de vos finances, revenus et patrimoine qui importent. Votre personne aussi ! Il est primordial de montrer que vous êtes déterminé à vous en sortir.

Comme le très célèbre entrepreneur américain Jim Rohn soulignait :

Si vous voulez vraiment faire quelque chose, vous trouverez un moyen. Sinon, vous trouverez une excuse.

Votre engagement rassure l’opérateur et facilite sa recherche d’investisseurs. Il est plus enclin à se décarcasser si, vous aussi, vous êtes proactif. C’est tout à fait humain. N’a-t-on pas coutume de dire “Nous récoltons ce que nous semons" ?

Dans ces conditions, fournir dans un temps record tous les documents qu’on vous demande montre votre détermination. Anticipez, dès que vous avez validé vos conditions préalables, en rassemblant informations et documents nécessaires. 

Prenons le temps de passer en revue les prérequis pour obtenir un réméré, avant de détailler quels documents doit-on préparer pour constituer un dossier solide.

Quelles sont les trois conditions pour être éligible au réméré ?

Pour être éligible au réméré, il faut cocher quelques cases : Est-ce que vous êtes propriétaire d’un bien immobilier ? Non ? Vous pouvez passer votre chemin. Le réméré est uniquement réservé aux propriétaires. Pourquoi ? Tout simplement parce que l’essence même du réméré est de mettre en vente de façon temporaire un bien immobilier. Pas de titre de propriété, pas de réméré. C’est aussi simple que cela. 

Ce n’est pas tout. Pour être éligible au réméré vous devez avoir des revenus stables. En effet, votre taux d’endettement ne doit pas dépasser les 50%, en théorie. En théorie, car cela dépendra de l’organisme de réméré que vous avez sélectionné, ce critère peut varier selon l’opérateur. Pour plus d’informations concernant le choix de votre opérateur de réméré, veuillez lire notre dossier complet “Comment choisir le bon organisme de réméré”.

Vous répondez positivement aux deux premiers critères ? Encore un dernier petit effort, vous y êtes presque. L’ultime critère d’éligibilité est d’avoir un ratio hypothécaire inférieur à 50% (ou 60% pour certains organismes). 

Calcul du ratio hypothécaire : l’ensemble de vos dettes divisé par la valeur de votre logement multiplié par 100.

Excellent ! Vous avez franchi tous les tests d’éligibilité, passons à la phase de constitution du dossier. 

Présenter votre logement…

Comment bien mettre en valeur son logement ? Rédigez d’abord une fiche de présentation de ce dernier en précisant : 

  • L’adresse ;
  • Son type : est-ce que c’est un appartement ? Un pavillon ? Un bateau (chaque bien peut être mis en réméré) ?
  • Les références cadastrales ;
  • L’année de construction ;
  • Le nombre de mètre carré ;
  • Le nombre de niveau ;
  • La présence éventuelle d’un ascenseur ;
  • Le nombre de pièces ;
  • Les dépendances etc…

Vous mentionnerez évidemment la surface totale habitable et, s’il s’agit d’une maison, la superficie du terrain. Ajoutez à cette présentation des photographies intérieures et extérieures. N’oubliez pas : si vous avez opté pour un réméré, cela signifie que vous devez agir rapidement pour stopper quelconque procédure judiciaire.

Mettez toutes les chances de votre côté pour convaincre à la fois l’organisme de réméré mais également convaincre les potentiels investisseurs. Mâchez leur le travail. Si vous connaissez quelqu’un qui peut vous aider à mettre en valeur votre bien immobilier en prenant des photos professionnelles, n’hésitez pas. C’est les petits détails qui pourront jouer en votre faveur. Quel autre élément vous pouvez préparer pour maximiser vos chances ?

Faites la différence parmi les autres dossiers concurrents en contactant une agence immobilière pour vous faire une estimation de votre bien immobilier. Si vous n’avez pas le temps de faire venir un agent immobilier pour estimer votre bien, passez par des sites en ligne comme :

Conseils My Legacy : 

Pour apporter plus de crédibilité à votre estimation, il est vivement conseillé de fournir au minimum deux estimations provenant de deux agents immobiliers différents.

N’hésitez pas à fournir les noms et qualité de l’agent immobilier ou du notaire qui a procédé à cette évaluation. Si vous en avez, notez les éléments de comparaisons (adresses et prix) des biens similaires vendus à côté de chez vous. Pour connaître exactement le prix des biens vendus, utilisez cette base de données : https://app.dvf.etalab.gouv.fr/

Enfin, si la demeure est hypothéquée, n’oubliez pas de le préciser. Mettez dans un classeur tous les justificatifs et leurs photocopies que vous adresserez à l’opérateur à la première réquisition. 

… Et vous avec !

Le monteur, ou l’organisme spécialisé dans le réméré, va chercher à savoir qui vous êtes. Devancez donc sa curiosité. Votre état civil, votre parcours et votre statut professionnel sont des éléments qui l’intéressent. Vous révélerez aussi le montant de vos revenus, de votre impôt, que cela soit celui des revenus mais également celui de la fortune (oui, vous avez bien lu, de nombreux propriétaires ayant recours au réméré paient l’impôt sur la fortune !). Pensez à imprimer les preuves de ce que vous avancez pour faciliter la tâche de l’opérateur. En facilitant sa tâche, vous faciliterez la tâche des nouveaux acquéreurs. 

Vous listerez également les problèmes financiers qui vous amènent aujourd’hui à envisager de mettre en place une vente à réméré : 

  • Est-ce que vous êtes fiché à la Banque de France ? Quel organisme bancaire vous a fiché ?
  • Est-ce que vous avez déposé un dossier de surendettement ?
  • Combien de crédits à la consommation avez-vous souscrits ? Quel est le capital restant dû pour ces différents crédits.

Il s’agit aussi de chiffrer vos différents besoins. A ce stade, précisez la somme nécessaire pour vous sortir de cette impasse. Cela signifie que vous dévoilez simplement le montant de (toutes) vos dettes à éponger. Ne cachez rien. Soyez franc. Donnez également le prix de vente à réméré que vous espérez. Sans surestimer, ni sous-estimer votre exigence. Rappelez-vous que plus vous vendez cher votre logement, plus cher sera l’indemnité d’occupation, plus le coût total du réméré sera élevé. Indiquez également la durée optimale, selon vous, de l’opération.

L’opérateur va sans doute vous interroger pour connaître l'origine de vos difficultés et les raisons pour lesquelles vous avez recours au réméré. Il faut que vous soyez à même de répondre à ces questions de façon la plus objective et sincère possible. A ne surtout pas faire : rejeter la faute sur le dos d’un tiers. Nier une erreur éventuelle ne sera jamais bien perçu. Mieux vaut reconnaître vos erreurs et invoquer des mauvais choix. Enfin, annoncez clairement comment vous envisagez de financer le rachat de votre bien. 

A titre d’exemple, vous pouvez préciser que vous contracterez un prêt une fois que vous ne serez plus fiché à la Banque de France et que vous serez de nouveau éligible au crédit immobilier. 

Ce n’est pas la seule possibilité évidemment. Récemment, un couple payant l’impôt sur la fortune, avec de très gros revenus à dû mettre en place un réméré à cause d’une accumulation de mauvais choix. En situation d’urgence et pour éviter une vente aux enchères de leur demeure familiale, ils ont opté pour un réméré. Une fois la procédure de saisie terminée, ils ont pu tranquillement revendre l’une de leur résidence secondaire pour pouvoir exercer leur faculté de rachat.

Quels sont les justificatifs à préparer ?

Tout document permettant au monteur de se faire une idée précise de votre état de santé financière est le bienvenu. Cela va de l’acte de propriété aux plans de votre logement en passant par une attestation d’assurances, les diagnostics, l’état hypothécaire…

Si vous ne réunissez pas l’ensemble de ces papiers d’emblée, vous pouvez tout de même contacter un expert du réméré (effectuer une simulation gratuite sur My Legacy, nous vous mettrons en relation avec nos partenaires éthiques).

Pour ce qui vous concerne, préparez aussi des copies de vos pièces d’identité, du livret de famille, des bulletins de salaire, de vos contrats de travail, des avis d’imposition (revenus, fonciers). Et ce qui concerne votre endettement : relevés de crédits revolving, tableaux d’amortissement des crédits, relevés bancaires, etc.

Ce qu’il faut retenir

Si vous suivez les conseils énumérés tout le long de notre article, vous maximiserez vos chances que votre dossier soit pris au sérieux. Il ne faut pas perdre de mémoire que la vente avec faculté de rachat est une transaction immobilière très méconnue, que ce soit pour le vendeur mais également pour l’investisseur. Autant apporter le plus de précisions possibles pour rassurer toutes les parties prenantes. De plus, le réméré répond à un besoin d’urgence, mettez donc toutes les chances de votre côté pour sauver votre bien immobilier.

Ces autres articles peuvent vous intéresser :